Laboratoire de Physico-Chimie de l'Etat Solide - LPCES

5 : Etude, par la théorie des groupes, des transitions de phases et des structures en domaines.

En utilisant la théorie des groupes spatiaux, il est possible de prévoir le nombre et le type de symétrie des domaines susceptibles d'apparaître dans une structure cristallographique donnée. Ces considérations, d'abord appliquées aux transitions de phases où les deux phases sont en relation de groupe à sous-groupe (M. Guymont, Phys. Rev. B 18, 5385 (1978)), peuvent d'ailleurs être étendues aux cas où on n'a plus cette relation, sous réserve que la structure ne soit pas bouleversée à la transition. Dans ces conditions, le bilan des symétries peut encore être effectué en généralisant la notion de “ complexe associé ” (M. Guymont, Phys. Rev. B 24, 2647 (1981)). L'application de cette théorie à diverses transitions est en cours. Elle permettra de prévoir toutes les variantes de macle et d'antiphase susceptibles d'apparaître.

Ces recherches font notamment l'objet de deux thèses de Doctorat :

- Celle de P. Canale sur l'étude des mécanismes de frittage d'un composite à matrice métallique et à dispersoïdes de diamant qui s'est est inscrite dans le cadre d'une recherche sous contrat CIFRE avec la filiale Triefus, à Chartres, de la Société japonaise ASAHI, soutenance en Septembre 2001.
- Celle d'I. Guillon sur l'étude de la démixtion/précipitation de différents alliages appartenant à des systèmes binaires ou ternaires présentant une lacune de miscibilité à l'état solide, tels que Cu-Fe-Ni, Cu-Co-Ni.... Ce travail, effectué avec une bourse du Ministère de la Recherche entre dans le cadre d'une collaboration avec O. Lyon du Laboratoire d'Utilisation du Rayonnement Electromagnétique (LURE) d'Orsay.